SAVOIR COUPER LE CORDON

Uncategorized Jan 13, 2020

Dans quelques mois, ma petite dernière va quitter le nid familial pour aller à l’université. Ça fait des années que je m’y prépare. Parce que ce type de détachement demande de la préparation. En écrivant le livre « Tout se joue à chaque instant » avec Pierre Lessard, j’ai compris à quel point il est important pour toute mère de savoir couper le deuxième cordon, un lien purement énergétique celui-là, avec ses enfants. Pourquoi la mère? Parce que c’est nous qui les portons, les enfantons et qui devons couper le premier cordon, à la naissance. Que ce soit, dans les faits, le père, le médecin, la sage-femme ou toute autre personne qui le fasse physiquement, ça demeure que ce cordon est coupé entre la mère et son enfant. D’ailleurs, on a aussi écrit que ça devrait être la mère qui coupe son cordon elle-même, si elle en a la capacité, pour éviter de créer une sensation de séparation et d’abandon au bébé (lire à ce sujet le chapitre sur la naissance dans Tout se joue à chaque instant).

Alors, pourquoi est-ce si important pour la mère, de savoir couper le cordon quand les enfants arrivent à l’adolescence, au moment où ils sont prêts biologiquement à créer leur propre vie ? Parce que si on ne le fait pas, les jeunes demeurent des enfants, d’un point de vue de l’attachement à une figure d’autorité et de nourriture affective, parfois toute leur vie.

Je n’ai pas de façon de vérifier la véracité de ce que je j’écris dans des livres, autre que de mettre en pratique ces enseignements pour savoir s’ils font du sens pour moi. Alors j’ai testé celui-là sur des humains ! J’ai d’abord créé un rituel avec mon fils aîné, quand il a eu 15 ans. Parce que oui, c’est bien après la puberté que les êtres humains sont prêts, d’un point de vue énergétique du moins, à se détacher de leur « maman » (et bien sûr aussi, de leur « papa »). J’ai donc préparé mon fils pendant six mois à l’idée d’organiser une soirée lui-même, où il inviterait des amis ou des proches et pendant laquelle il serait exprimé clairement que je coupais le cordon affectif avec lui, pour le laisser prendre son envol. Lisez-moi bien ici. Couper le cordon affectif ne veut pas dire abandonner son enfant. Ça veut dire d’arrêter de jouer dans le scénario de dépendance affective et de « contrôle » avec son enfant. Bien sûr qu’il y avait encore des règles de base à respecter pour vivre dans la même maison, le temps qu’il termine ses études. Bien sûr que je ne laissais pas faire tout ce qu’il voulait, mais je lui offrais graduellement un espace pour devenir un adulte responsable et créateur de sa vie.

Mon fils a joué le jeu, non sans quelques résistances au début, mais cette soirée s’est avérée très agréable et libératrice. En partie, du moins. Il a fait les courses, cuisiné le souper, servi les convives qu’il avait invités lui-même, et à la fin de la soirée, j’ai annoncé à tout le monde que je coupais officiellement le cordon avec mon aîné. J’admets que les gens à ma table étaient un peu perplexes. Ils ne comprenaient pas vraiment ce que je voulais dire. Moi non plus d’ailleurs, puisqu’il me restait à l’expérimenter.

Mon fils a aujourd’hui 22 ans, et je peux dire j’ai pris au moins quatre années pour compléter ce détachement. Il aura fallu qu’on me rappelle en rêve que je maintenais mon fils dans une forme de dépendance, en continuant à lui envoyer de l’argent au moindre souci. Et encore là, il aura fallu une piqure de rappel quelques mois plus tard pour que je consente à « lui couper les vivres », ce à quoi il m’a répondu : « Pas de problème, je me débrouille très bien avec les prêts et bourses ! »

Cette anecdote vous fait voir qu’en réalité, le problème, ce n’était pas lui, mais moi qui l’avais. Je portais encore la croyance que je devais jouer mon rôle de pourvoyeur, tant qu’il n’aurait pas complété ses études supérieures. Il recevait pourtant un montant très respectable du gouvernement, et ne demandait pas mieux que de se débrouiller avec ça et un petit boulot de fin-de-semaine. Voyez comme on peut être conditionné, même quand on écrit des livres sur le détachement ?

Le tour de ma fille a suivi deux ans plus tard. Pour savoir ce qu’on a fait, ensemble, je vous convie à un live sur le sujet, qui sera annoncé sur ma page publique Facebook sous peu où vous pourrez interagir et poser vos questions… et que vous pourrez regarder en différé indéfiniment par la suite.

Au plaisir d’échanger avec vous !

Donnez une direction conscience à votre vie grâce à l'écriture inspirée!

Visionnez gratuitement la première étape de l'atelier et profitez de la promo en cours.

JE M'INSCRIS
Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.