LA LIBERTÉ

Jan 15, 2021

Avez-vous la sensation d'être brimé dans vos libertés par moment, ou même souvent, en ces temps de restrictions généralisées? Vous sentez-vous prisonnier de la situation actuelle ou des événements de votre vie? 

Le dictionnaire définit la liberté comme suit: «Situation d'une personne qui n'est pas sous la dépendance de quelqu'un (opposé à esclavage, servitude), ou qui n'est pas enfermée (opposé à captivité).» 

Selon cette définition, nous sommes brimés de nos libertés quand on se sent esclave d'une situation, asservi ou captif, que ce soit d'un point de vue physique ou psychique. Observons maintenant le concept de la liberté sous un autre angle. Et si aucune situation, aucun événement, aucun lieu ne pouvait nous contraindre au point de nous priver de notre liberté? Et si la liberté était en fait un état d'être qu'aucun agent extérieur ne peut perturber? Et si la liberté pouvait découler directement des choix que l'on fait, en commençant par celui de nos états intérieurs, à chaque instant? 

Par les temps qui courent, beaucoup de gens se sentent « confinés» à tous les niveaux. Certains le vivent plutôt sereinement, mais tous ressentent avec plus ou moins d'intensité les effets des restrictions mises en place par les autorités sanitaires. Or, cette liberté chèrement gagnée au fil des ans, voire même inscrite dans nos chartes des droits, en a fait un concept acquis qu'on ne croyait plus avoir à défendre. La liberté d'expression, de mouvement, d'action, nous semblait un droit indélébile. Pourtant, tous ces beaux concepts ont volé en éclat dans la dernière année, nous forçant à revisiter les fondements mêmes de la liberté. Quelle liberté nous reste-t-il quand on ne peut plus faire les choix qui nous semblent justes parce que des mesures nous sont imposées sans appel, sous peine de sanctions de plus en plus lourdes? Comment redéfinir la liberté dans ce contexte surréel? Il ne nous reste qu'une option : Celle du choix de nos états, pour ressentir cette liberté de l'intérieur. Le choix de cultiver des états de paix, de joie, de sérénité, de plénitude, de grâce même, malgré des règles de plus en plus contraignantes. Le choix d'exprimer qui on EST, mais aussi celui de nommer ce qui ne fait pas sens pour soi, malgré une vision de plus en plus critique, que ce soit de nos proches ou d'un courant de société. Le choix d'être également dans son propre mouvement d'élévation, malgré l'apparente perte d'espace pour s'y mouvoir. 

Vous m'avez peut-être déjà entendu le dire, certains grands maîtres ont connu l'illumination  alors qu'ils croupissaient dans une cellule en prison. Ça été notamment le cas des maîtres Sri Aurobindo, mais aussi d'Omraam Michaël Aïvanhov, le fondateur de la « Fraternité blanche universelle » qui a laissé un héritage d'enseignements inestimables d'une grande sagesse.

Alors je le répète, la liberté n'est pas une valeur qui s'exprime par des faits et gestes sans retenue, mais bien par le choix conscient et renouvelé de nos états intérieurs.

Inscrivez-vous à mon infolettre pour être informé des nouveautés